Des ombres hantent mon coeur, des mirages et des stroboscopes...

J'oublie, je souris

Je me souviens, je palis...

J'ai repensé à toi, figé dans ma prison dorée

J'ai repensé à toi, au gout de tes lèvres sur les miennes

J'ai repensé à toi, et il m'est difficile d'aimer à nouveau

Je t'oublie et je revis

Je t'oublie et je reçois

Je t'oublies et je suis vivant.

 

L'air est chargé de relents de souvenirs étranges, en suspension dans un temps incertain. Etait-ce hier ? Il y a un mois ? Il y a un an ? Je ne sais plus.

Des sourires passent, des oeillades, des démarches chaloupées appuyées, je n'en ai que faire. Laissez moi en convalescence.

L'Amour se digère mal parfois, il se conjugue au présent, au futur puis au passé.

Qu'ai je fais pour en arriver là ? Des musiques passent en boucles dans ma petite caboche décrépite, des images, des éclairs des miroirs.

La vie s'éffiloche et je demeure, las, à regarder les jours en suspends.

 

Soirée, musique d'ambiance, elle allongé sur le canapé, un demi sourire en coin. Elle me scrute, m'attends au tournant. Moi, je vocifère que le monde est cruel. Qu'il est mal foutu ce monde. Elle s'approche, me caresse la joue...ça main s'attarde sur mon sexe.

Elle danse autour de moi, comme folle.

Mais c'est moi qui suis fou...fou d'elle. De son rire, de ses yeux, de ses mots, de son corps.

 

Suite(s)

 

Moi décrépti assis dans un vieux fauteuil, en train d'écrie un mail pour essayer de la récupérer une enième fois...c'esst trop tard, c'est cassé.

J'avale un autre Valium et je vais me coucher.

 

Réveil.

Une douche. Je reprends mes esprits. Une autre journée atone m'attends.