Parfois, on est amené à recroiser dans son existence des gens que l'on a connu autrefois, dans d'autres vies.

Celui-ci est maintenant père de famille accompli, celle-ci n'a pas perdu une once de sa beauté de jeunesse et même plutôt bien réussi dans la vie.

Mais parfois, on croise des ombres...J'ai revu une vieille complice de vie. Elle avait dans le regard, un air perdu, celui-là même qui vous définit quand vous avez oublié vos idéaux, quand vous avez bruler la vie, ou connu une passion un peu trop intense.

Ces êtres consumés de l'intérieur par tant de résignation et d'abnégation, par tant d'obligations et de contraintes, par tant d'écueils et de barrières.

Elle avait vécu le pire et le meilleur, elle le savais. Jamais elle ne pourrait oublier. Parfois, elle y arrive. Parfois, non.

Dans son regard perdu, se reflète les ombres d'un passé trouble et les flammes d'un amour refroidi.

Elle erre sans trop savoir de quoi demain sera fait. Elle dissèque ses erreurs, elle sait qu'elle a fait le bon choix : le choix le plus rationnel. Pourtant, il lui en coute. Elle se sent comme une figurante dans le film de sa vie, les images défilent, 24 images secondes, 24 heures d'une journées, 30 jours par mois...et le temps s'égrenne.

Elle n'est déjà plus là. Mais a t'elle déjà été quelque part ? Elle se demande si elle existe. La nuit de mauvais rêves persistant lui font ouvrir les yeux et elle pense à ce qu'elle n'est plus et à ce qu'elle aurait pu être...une femme abandonnée ? Une princesse touareg ?

Le jour, elle vaque à ses occupations de mère, de salariés, du mieux qu'elle peut, tout autour personne ne la connait vraiment.

Elle doit continuer à avancer, avec le minimum de rêves et de confort qu'on puisse transporter dans ses bagages d'une vie à l'autre. 

Son corps s'est enfui, lui aussi, de ses rondeurs gourmandes, il ne reste plus que la chair et la peau sur les os.

Elle rumine : et si ?


Un jour, elle espère retrouver l'espérance qu'elle a abandonné dans un coin de son petit coeur. Un jour, elle se réveillera, guerrière, avec de nouveau cette envie de bouffer la vie...

 

Réveilles toi, le rêve est terminé.

Et n'oublie pas que la sable des immensités attend toujours ton sourire et tes pas, belle amazone.